Blog DTN

Un outil au service du collectif technique

Collectif Relève

Ce collectif correspond au secteur « Performance Jeunes » de la DTN ; il comprend les catégories « cadet(te)s et Minimes 2ème année ».

PERFORMANCE JEUNES

Le groupe « performance jeunes » :

Formé par les joueurs et joueuses de 12 à 15 ans, il s’articule autour des principes suivants :

  • Mise en place de programmes individuels, les joueurs s’engagent sur un programme annuel ;
  • Mise en place et accompagnement global  du projet sur l’ensemble du parcours :

– Lien avec les entraîneurs (anciens et actuels)
– Définition d’un cahier de charges de l’entraînement (volume, savoir faire, type d’entraînement)
– Contrôle du planning (entraînement, compétitions, repos) en partenariat avec le club.
– Intégration du suivi scolaire (contacts avec l’école et les parents pour la mise en place d’une stratégie d’anticipation sur les absences notamment).
– Rassemblements nationaux réguliers.
– Évaluation basée sur les marqueurs décrits par la DTN.
– Évaluation par rapport au meilleur niveau international (compétitions, stages) ;

  • Priorité donnée à la qualité de l’éducation de nos jeunes athlètes

– Formation continue des cadres
– Pédagogie permanente autour des principes de base du Tennis de Table
– Information permanente de la réalité de la haute compétition.

Pour ce groupe d’athlètes (garçons et filles) le suivi s’effectue donc en pôles pour la grande majorité et en clubs avec l’organisation régulière de stages nationaux.

En fonction du niveau des athlètes en fin d’étape il pourra être envisagé une perspective de stages d’une vingtaine de jours en Asie (Japon, Corée ou Chine).

Par ailleurs, ce système  reste ouvert afin de d’intégrer éventuellement des athlètes présentant des parcours différents.

Pour tenir compte de l’évolution des meilleurs pongistes mondiaux et des niveaux à atteindre pour les catégories, des seuils minima de performance sont fixés  en fin de cycle :

  • Performance Jeunes (12-15 ans) Classements européens cadets : Top 30 pour les filles Top 20 pour les garçons les deux premières années.

Compte tenu des spécificités évoquées dans la différenciation des Parcours Masculins et Féminins, des modèles distincts sont établis :

Modèle pour les garçons 

Il s’appuiera sur les structures suivantes :

  • des Pôles espoirs et des clubs supports rassemblant les caractéristiques suivantes :

– Présence de partenaires d’entraînement dont le niveau et le nombre sont adaptés à la population d’athlètes du groupe (joueurs classés dans les 150 premiers français)
– Présence d’un entraîneur dont la compétence est validée par la FFTT
– Conditions d’entraînement conformes
– Hébergement
– Possibilité de mettre en place le suivi scolaire (salles, connexion Internet).

Ces  clubs pourront accueillir soit :

– Des athlètes de manière permanente
– Un athlète sans cadre de manière ponctuelle
– Un petit groupe (3 ou 4 joueurs) avec 1 cadre
– Un groupe de 8 joueurs avec 1 ou 2 cadres.

L’objectif est, à terme, de compter au moins un club support par ligue, à l’horizon de la fin d’olympiade, afin d’avoir un maillage cohérent du territoire national.

  • du Pôle France Jeunes (Tours) en projet

– Suivi scolaire individualisé mais dans un cadre classique (collège)
– Renforcement du réseau avec les Pôles espoirs et les clubs d’un bon niveau de la région (garantie de partenaires d’entraînement de qualité)
– Accueil régulier de pongistes extérieurs
– Renforcement du secteur préparation physique, suivi médical et prévention des blessures
– Stages réguliers avec l’étape détection (les meilleurs 11 ans) et les meilleurs éléments  des pôles espoirs.

  • du Pôle France (Nantes) 

– Suivi scolaire individualisé épaulé par un tutorat permettant une année scolaire de 11 mois (à compter d’août) et un programme scolaire adapté aux contraintes sportives (modèle INSEP)
– Renforcement du réseau du pôle en incluant les Pôles espoirs et les clubs.
– Accueil régulier d’athlètes extérieurs
– Renforcement du secteur préparation physique, suivi médical et prévention des blessures
– Stages réguliers avec le Pôle France Jeunes de  Tours et les meilleurs éléments  des pôles espoirs.

 Une réflexion est actuellement en cours pour élargir cette structure dans le courant de l’olympiade ( liée à l’évolution envisagée du CREPS)

 

Modèle pour les filles

La problématique du tennis de table féminin se différencie de celle des garçons essentiellement par les points suivants :

  • Nombre d’athlètes inférieurs.
  • Moindre intérêt des clubs et des entraîneurs.
  • Potentiel professionnel moindre dans la carrière de joueuse.
  • Concurrence asiatique encore plus dense que chez les hommes avec l’arrivée massive de joueuses qui monopolisent les ressources financières des clubs et dominent les compétitions européennes.

L’évolution du dernier PES a amené une nouvelle dynamique. Cette amélioration, satisfaisante sur le plan du niveau des jeunes, n’est certainement pas suffisante car elle ne résout en rien le problème de choix auquel se trouvent confrontées les filles après l’obtention du baccalauréat. La plupart  choisissent ensuite de se consacrer aux études au détriment du Tennis de Table.

La  nouvelle stratégie mise en place aura pour objectifs de :

  • Améliorer la prise en compte du Tennis de Table féminin sur le plan technique.
  • Améliorer la prise  en compte  de l’insertion professionnelle.
  • Créer une dynamique et un élan autour du tennis de table féminin et  le valoriser.
  • Relancer un pôle France spécifique féminin, dans le courant de l’olympiade.
  • Renforcer encore la qualité autour des pôles ayant une spécificité féminine.

Notre stratégie pour les étapes suivantes est de vérifier voire d’amplifier le réseau rassemblant des clubs et des pôles  pour lesquels le Tennis de Table féminin est une priorité.

Pour prendre en compte la spécificité de nos clubs qui sont, de manière schématique, divisés en 2 catégories :

  • Des clubs « riches » qui possèdent des joueuses de haut niveau international mais ont des problèmes pour mettre en place de véritables centres d’entraînement
  • Des clubs « formateurs » qui fournissent régulièrement des athlètes aux groupes Performance Jeune mais ne peuvent garder ces athlètes faute de moyens financiers suffisants.

Nous souhaitons mettre en place un réseau qui intègrera ces deux profils de clubs.

Les critères de sélection pour ces clubs seront, sur le plan organisationnel, les mêmes que ceux retenus pour le PES garçons.

La Stratégie féminine s’appuiera donc sur :

  • Les clubs retenus par la DTN et présentant les garanties précédemment énumérées
  • Les Pôles espoirs (définis ci-dessus- caractéristiques identiques au PES Masculin)
  • Le pôle France Jeune de Tours, qui pourra avoir une vocation mixte dans le courant de l’olympiade
  •  Un pôle France Féminin est à recréer dans le courant de l’olympiade.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :